Les établissements et les sites

Les différents types de prise en charge

Les prises en charge des personnes souffrant de troubles psychiques peuvent se traduire par des accompagnements en milieu sanitaire (prédominance des soins) ou en milieu social et médico-social (prédominance de l’accompagnement éducatif).

Sur le champ sanitaire, chaque secteur de psychiatrie dispose, en dehors de l’hospitalisation complète, de plusieurs lieux de soins répartis sur son territoire : Centre Médico-Psychologique (CMP), Centre d’Accueil Thérapeutique à Temps Partiel (CATTP), centres ou hôpitaux de jour, appartements thérapeutiques… .

La prise en charge ambulatoire

Le plus souvent, les patients sont vus dans le cadre de consultations en CMP. Le CMP est une structure extrahospitalière, accessible à tous, de coordination et d’accueil en milieu ouvert. Il organise des actions de prévention, de diagnostic, de soins ambulatoires et d’interventions à domicile.

Il s’agit soit d’orienter une personne vers la structure de soins adaptée à sa situation, soit de lui assurer des soins préventifs, en dehors d’une hospitalisation complète, parfois même à domicile.

Les patients peuvent y consulter un médecin, un psychologue, un assistant social, ou un infirmier.

La prise en charge à temps partiel

Le CATTP est une structure extrahospitalière qui propose des activités thérapeutiques, soit de manière individuelle, soit en petit groupe. Il s’agit de maintenir ou de reconstruire l’autonomie de la personne par des gestes usuels et divers modes d’expression, mais aussi d’aider à la réinsertion sociale en évitant l’isolement et la perte des capacités relationnelles, affectives et cognitives.

L’hôpital de jour est une structure extrahospitalière proposant des soins polyvalents et intensifs, pendant un à quelques jours par semaine, sur la journée ou à la demi-journée. L’objectif est de favoriser l’insertion de la personne dans son milieu familial, scolaire, professionnel et social, d’accompagner le patient dans certaines démarches sociales et administratives et de favoriser l’expression des personnes.

L’hospitalisation en hôpital de nuit permet une prise en charge thérapeutique en fin de journée et une surveillance médicale de nuit, voire en fin de semaine. Elle s’adresse à des patients qui ont acquis une certaine autonomie dans la journée mais ayant besoin, sur une période donnée, d’être pris en charge la nuit et le week-end.

La prise en charge à temps complet

Les hospitalisations à temps plein sont en principe réservées aux situations aiguës et les plus difficiles. Les patients sont placés sous surveillance 24h/24. L’hospitalisation complète permet de prodiguer les soins intensifs nécessaires.

Les appartements thérapeutiques constituent des unités de soins à visée de réinsertion sociale. Par principe, ils sont situés en dehors de l’enceinte de l’hôpital et intégrés dans la cité. Ils sont mis à la disposition de quelques patients pour une durée limitée et sont censés leur permettre de mener une vie la plus normale possible. Ils nécessitent néanmoins un accompagnement de personnels soignants.

Les services d’Hospitalisation A Domicile (HAD) en psychiatrie organisent des prises en charge thérapeutiques au domicile du patient. Il s’agit de soins réguliers, voire quotidiens, dans le cadre habituel du patient garantissant la continuité des soins.

L’accueil familial thérapeutique permet de placer dans des familles d’accueil, recrutées par le CESAME. Les patients y sont accueillis à temps plein ou à temps partiel, ce qui favorise leur réinsertion progressive dans la vie sociale.

Les structures d’urgence et de crise sont situées au sein d’hôpitaux généraux et assurent la prise en charge d’urgence psychiatrique en consultation et hospitalisation. Elles participent au suivi psychiatrique des patients de ces hôpitaux qui ont secondairement besoin de soins psychiatriques dans les services de médecine et chirurgie.

Sur le champ social et médico-social, les réponses sont apportées par des établissements différents selon que les prises en charge en soins et en accompagnement éducatif sont plus ou moins équilibrées.

La prise en charge éducative accompagnée d'une prise en charge en soins importante

Les maisons d’accueil spécialisées (MAS) ont pour mission d’accueillir des adultes handicapés en situation de « grande dépendance » et dont les capacités de décision et d’action dans les actes de la vie quotidienne sont altérées, ayant besoin d’une aide humaine et technique permanente, proche et individualisée.

Ce type d’hébergement peut aussi proposer des activités quotidiennes d’éveil ou occupationnelles (musique, relaxation, activités manuelles…),

La prise en charge éducative accompagnée d’une prise en charge en soins soutenue

L’institut médico-éducatif (IME) a pour mission d’accueillir des enfants et adolescents handicapés atteints de déficience intellectuelle quel que soit le degré de leur déficience. L’objectif des IME est de dispenser une éducation et un enseignement spécialisés prenant en compte les aspects psychologiques et psychopathologiques et recourant à des techniques de rééducation. Les prises en charge en IME sont spécialisées selon le degré et le type de handicap pris en charge. En effet, la déficience intellectuelle peut s’accompagner de différents troubles, tels que des troubles de la personnalité, des troubles moteurs et sensoriels, des troubles graves de la communication…

Le Services d’Education Spéciale et de Soins à Domicile (SESSAD) apporte aux familles d’enfants handicapés, conseils et accompagnement, ils favorisent l’intégration scolaire et l’acquisition de l’autonomie grâce à des moyens médicaux, paramédicaux, psychosociaux, éducatifs et pédagogiques adaptés. Les interventions ont lieu dans les différents lieux de vie et d’activité de l’enfant ou de l’adolescent (domicile, crèche, école, centre de vacances…) et dans les locaux du SESSAD. En ce qui concerne l’intervention au sein de l’école, elle peut avoir lieu en milieu ordinaire ou dans un dispositif d’intégration collective (CLIS, ULIS).

Les services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) interviennent sur prescription médicale auprès des personnes âgées de plus de 60 ans, malades ou en perte d’autonomie et des personnes de moins de 60 ans handicapées ou atteintes d’une maladie chronique.Leurs interventions auprès des personnes âgées ont pour objectif de prévenir la perte d’autonomie, d’éviter une hospitalisation, de faciliter le retour à domicile après une hospitalisation, de retarder une entrée dans un établissement d’hébergement. Les équipes des SSIAD sont essentiellement composées d’aides-soignants et d’infirmiers. Ils réalisent, selon leurs compétences des soins de nursing : (toilette) et des actes infirmiers (pansements, distribution des médicaments, injection)

Le service d’accompagnement médico-social pour adultes handicapés (SAMSAH) a pour vocation, dans le cadre d’un accompagnement médico-social adapté comportant des prestations de soins, la réalisation du projet de vie de personnes adultes handicapées par un accompagnement adapté favorisant le maintien ou la restauration de leurs liens familiaux, sociaux, scolaires, universitaires ou professionnels et facilitant leur accès à l’ensemble des services offerts par la collectivité. Plus précisément, il apporte aux usager un accompagnement médical et paramédical, une assistance et un accompagnement pour tout ou partie des actes essentiels de l’existence, un accompagnement social en milieu ouvert et un apprentissage à l’autonomie. La dispensation et la coordination de soins médicaux et paramédicaux peut se faire à domicile ou en favorisant l’accès aux soins et l’effectivité de leur mise en œuvre. Le SAMSAH évalue les besoins et les capacités d’autonomie de la personne accompagnée, identifie l’aide à mettre en œuvre et délivre à cet effet les informations nécessaires et des conseils personnalisés, assure le suivi suivi et la coordination des actions des différents intervenants, une assistance ou une aide dans la réalisation des actes quotidiens de la vie et dans l’accomplissement des activités de la vie domestique et sociale, le soutien des relations avec l’environnement familial et social, un appui et un accompagnement contribuant à l’insertion scolaire, universitaire et professionnelle ou favorisant le maintien de cette insertion, le suivi éducatif et psychologique. Ses intervention visent à mettre en œuvre un processus
d’autonomisation progressive de l’usager, d’enclencher une dynamique sociale favorisant son inclusion.

La prise en charge éducative accompagnée d’une prise en charge en soins légère

L’accueil de jour des malades atteints de neuro-dégénératives et la plateforme de répit des aidants ont été créées pour accompagner à l’origine pour aider les proches accompagnant au quotidien une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer. Depuis, elles ont étendu leur soutien à l’ensemble des proches accompagnant une personne âgée en perte d’autonomie en raison d’une maladie neuro-dégénérative (maladie d’Alzheimer, maladie de Parkinson. Epilepsie, Sclérose en plaques, Chorée de Huntington . D’une manière générale, les plateformes d’accompagnement et de répit apportent de l’information pour aider les proches à faire face à la prise en charge d’une personne souffrant de la maladie d’Alzheimer et de toute autre maladie entrainant une perte d’autonomie : l’objectif est de mieux comprendre la maladie et l’impact qu’elle peut avoir ; un soutien aux proches aidants qui peut être : individuel (soutien psychologique, conseils…), en groupe pour partager les expériences, se soutenir, se former, rompre l’isolement, pour renforcer des liens entre familles confrontées à la même situation ; des solutions de répit pour donner du temps libre au proche, lui permettant de vaquer à ses occupations, de prendre soin de sa santé et de se reposer. L’objectif est de prévenir les risques d’épuisement et de diminuer le stress et l’anxiété des aidants.

L’Etablissement et Services d’Aide par le Travail (ESAT) accueille des personnes dont les capacités de travail ne leur permettent pas de travailler dans une entreprise ordinaire ou adaptée ou d’exercer une activité professionnelle indépendante sans un accompagnement au moins temporaire. Les personnes orientées vers un ESAT sont des personnes handicapées dont la capacité de travail est inférieure à un tiers de la capacité d’une personne valide. Le travail proposé pour les salariés de l’ESAT est adapté selon les handicaps des personnes. Le travailleur handicapé intégré à un Etablissement et Service d’Aide par le Travail (ESAT) n’a pas le statut d’employé salarié. Toutefois, il est assuré social pour les risques autres que le chômage et cotise à ce titre sur ces rémunérations. Certaines règles du droit du travail, concernant la santé, l’hygiène et la sécurité s’appliquent aux ESAT. Par ailleurs, l’orientation dans un ESAT vaut reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH). Les Etablissements et Services d’Aide par le Travail (ESAT) offrent également un soutien médico-social et éducatif afin de favoriser l’épanouissement personnel et social des personnes accueillies.

Le foyer occupationnel (FOC) met en œuvre des soutiens médico-sociaux destinés aux adultes handicapés qui disposent d’une certaine autonomie mais qui ne sont pas aptes malgré tout à exercer un travail productif, même en milieu protégé (y compris en ESAT). Il s’agit de développer l’autonomie des résidents ou, tout au moins, de prévenir toute forme de régression par la réalisation d’activités quotidiennes diversifiées. Les activités proposées sont diverses et adaptées aux capacités des résidents. Il peut s’agir d’activités manuelles (peinture, sculpture…), d’activités de gymnastique, de danse, d’expression corporelle, d’activités d’ergothérapie…
Les frais d’hébergement sont, à titre principal, à la charge de la personne hébergée. Cette contribution, calculée en fonction des ressources du résident, est plafonnée afin qu’il conserve à sa disposition un minimum de moyens financiers. Compte tenu de la somme devant être laissée à la disposition du résident, le surplus des frais d’hébergement et d’entretien est pris en charge par l’aide sociale du département.

Les résidences sociales permettent l’hébergement temporaire de personnes rencontrant des difficultés d’accès à un logement de droit commun en raison de leur situation de handicap psychique et de leurs capacités sociales et financières. Au sein d’un hébergement collectif accompagné, elles proposent des habitations autonomes, adaptées aux personnes concernées et dont l’objectif est de favoriser la vie autonome des personnes admises.

Où consulter ?

15 établissements
et 37 sites à votre service

Bien préparer votre séjour

Conseil et documentation